[Décryptage] - Symétrie des attentions : et si les DRH mettaient en mouvement les organisations ?

Mis à jour : 2 juil. 2020



Quelle est loin l’époque où un salarié débutait sa carrière dans une entreprise… pour la terminer dans la même organisation ! L’extrême volatilité des salariés pousse aujourd'hui une entreprise à construire une partie de sa stratégie RH dans une approche marketing. Ce qui fait la part belle aux collaborateurs, mais présente aussi des opportunités, à ne pas manquer pour les DRH…



Quelle est loin l’époque où un salarié débutait sa carrière dans une entreprise… pour la terminer 40 ans plus tard dans la même organisation ! Les mutations économiques et la digitalisation du monde ont profondément modifié les liens unissant une société et ses collaborateurs.


L’extrême volatilité des salariés pousse aujourd’hui une entreprise à construire une partie de sa stratégie RH à travers l’ensemble des outils digitaux à sa disposition (Twitter, LinkedIn, Instagram, portail, vidéos, solutions SIRH…). Et ce pour faire face à des collaborateurs et « candidats clients » informés et exigeants.


Cette stratégie peut être regardée comme une approche marketing visant à identifier les usages de ses clients internes, et à pouvoir leur proposer des expériences de plus en plus personnalisées.



La DRH est désormais une « Direction Marketing des Ressources »…


La notion de symétrie des attentions, développée par Vineet Nayar à partir de 2010, peut se traduire au niveau RH comme la capacité d’une organisation à connaître ses collaborateurs de manière fine, afin de pouvoir les cibler, les satisfaire au mieux et permettre ainsi à l’entreprise d’en tirer un avantage concurrentiel.


TEDxAix - « Les employés d'abord, les clients ensuite » - Vineet Nayar


Cette notion entraîne une modification profonde du positionnement de la DRH. D’une fonction « back office », elle évolue vers un positionnement « front office ». Elle devient une sorte de Direction Marketing des Ressources, pouvant anticiper, mais aussi répondre vite et bien aux attentes et besoins de ses collaborateurs.


Et ce changement va s’amplifier dans les prochaines années… Cela doit permettre à la DRH de connaître plus finement les usages de ses collaborateurs, afin de mieux les « segmenter » et répondre aux enjeux : attirer, fidéliser les talents, mais aussi développer de nouveaux savoirs pour servir au mieux (évidemment) la stratégie de l’entreprise.

… et l’entreprise est devenue un produit "périssable", comme les autres


La DRH s’installe dans une posture d’innovation, et intègre désormais des approches digitales issues de la sphère privée, pour les transposer dans la sphère professionnelle. Elle s’appuie tout aussi bien sur les approches des réseaux sociaux que sur la structuration des données, à travers les outils de Core RH qui deviendront demain des ERM (Employee Relationship Management).

Une mutation qui amène les « collaborateurs-clients ou candidats-clients », à percevoir l’entreprise comme un produit périssable.