[Vidéo TEDx] - Projet de transformation : et si vous le gériez en domptant les émotions ?

Mis à jour : 2 juil. 2020


Le changement est là, partout, tout le temps… travail, vie personnelle, technologie, etc. « Le monde déteste le changement, c’est pourtant la seule chose qui lui a permis de progresser » - Charles F. Kettering. Simple à dire. Mais dans la pratique, nous nous heurtons à un obstacle de taille… nos émotions ! Alors comment les dompter efficacement ? En les acceptant tout simplement…



« Rien n’est permanent, sauf le changement »


500 ans avant Jésus-Christ, Héraclite d’Ephèse l’avait déjà compris… « Rien n’est permanent, sauf le changement ». Une vieille rengaine donc… Mais alors, comment se fait-il que, tant de siècle après, le changement continue de nous effrayer ?

TEDxRainier - « Lead and be the change » Mark Mueller-Eberstein

Qu’il soit personnel, professionnel, sociétal, technologique… dès qu’il arrive, la panique s’empare de nous, et une chose nous aveugle : le risque !


Même avec la meilleure volonté du monde, nous avons tous la même réaction instinctive face à l’annonce d’une transformation radicale. Pourquoi ? Parce-que nous ne sommes que de simples êtres humains, dictés par plus fort que la raison… nos émotions !


Et ces charmantes dernières prennent automatiquement le dessus et déclenchent en nous la peur… la peur du changement, la peur de l’inconnu, la peur de quelque chose de différent.

« On sait ce que l'on perd, mais pas ce que l'on va gagner », un peu comme en amour.

La vie cachée (et très mouvementée) de nos émotions


De l’annonce d’un changement à sa concrétisation, nos émotions nous font vivre plusieurs phases, de vraies montagnes russes… qu’on rencontre très souvent (aussi) en entreprise, lors du lancement d’un projet (plus ou moins radical) de changement.


Il est d’ailleurs toujours intéressant de se situer par rapport à cette courbe…


- Le déni.

La première étape est de conserver des œillères, baisser la tête, faire comme si rien ne changeait… « Je ne le vois pas, ça n’arrive pas, c’est impossible »


- La deuxième étape arrive quand on réalise que (si si) le changement arrive.